NOTRE HISTOIRE


Le parti Coalition Montréal a été fondé en 2013 par M. Marcel Côté dans le but d’offrir aux citoyens de Montréal une alternative aux partis politiques traditionnels, uneapproche différente du rôle du conseiller municipal.

Marcel est décédé en 2014, mais ses idées continuent à être portées et à influencer le fonctionnement du conseil municipal de Montréal.

Marcel a su s’entourer de nombreuses personnes dédiées à la promotion d’un conseil municipal plus collégial et moins partisan, suscitant l’engouement d’anciens membres de différents partis municipaux ainsi que de nouveaux venusen politique municipale montréalaise.

Lorsqu’il a été créé il y a quatre ans, le parti Coalition Montréal a proposé un programme conçu autour de plusieurs grandes idées phares, mais a promis qu’il n’y aurait pas de ligne de parti et que le vote libre serait préconisé. En effet, mis à part les fondamentaux du programme, les conseillers de Coalition de Montréal seraient à même de voter selon leur conscience permettant une plus grande diversité d’idées et d’opinions, une meilleure représentation des intérêts des citoyens ainsi qu’une meilleure qualité d’argumentation et de débats. Marcel et son équipe ont fait campagne en défendant cette vision d’un conseil municipal orienté sur la recherche de solutions.

Marcel Côté, bien qu’avec des moyens limités, a obtenu 13% des voix pour la mairie en 2013, alors que 6 conseillers de Coalition Montréal ont été élus.
Marcel Côté questionnait la pertinence des partis municipaux et se demandait si ces derniers étaient vraiment dans l’intérêt public. Il faisait remarquer que la plupart des grandes municipalités canadiennes n’ont pas de système de partis et que ce mode de fonctionnement semble permettre aux conseillers municipaux une plus grande proximité avec leurs électeurs. Ce dernier croyait que les instances municipales devaient s’apparenter davantage à des conseils qu’à des parlements.

Dans cet esprit, les élus de Coalition Montréal sont fiers d’avoir su travailler avec tous les partis et groupes représentés au conseil municipal au cours de ce mandat. Le caucus de Coalition Montréal estime que sa contribution aux débats a été constructive et positive, ce qui pourrait expliquer pourquoi de nombreuses motions présentées par Coalition Montréal ont été adoptées.

En outre, des amendements proposés par Coalition Montréal lors d’assemblées du conseil municipal ont, à de nombreuses occasions, contribué à amoindrir l’écart entre des positions qui pouvaient sembler irréconciliables, à résoudre des différents, à réorienter les débats et à forger des compromis suscitant l’adhésion du conseil.

Marcel Côté souhaitait redynamiser l’économie de la région métropolitaine. Il était toutefois primordial pour lui et son équipe que tous les habitants de Montréal puissent à la fois contribuer à sa prospérité économique et en bénéficier. Ainsi Coalition Montréal promeut le développement de l’entrepreneuriatet la création d’emploi tout en reconnaissant le plein potentiel de la diversité culturelle de Montréal et le rôle et la richesse de cette diversité.

À cet égard, les conseillers municipaux de Coalition Montréal ont créé, en janvier 2016, une alliance apartisane de conseillers et d’organismes communautaires dont l’objectif était de promouvoir la diversité montréalaise dans les instances. Cette initiative a conduit à l’adoption unanime au conseil, d’une motion visant à faire la promotion de candidatures de membres de minorités visibles au conseil municipal et dans les conseils d’arrondissements et dans laquelle les partis s’engageaient à redoubler d’efforts pour présenter des équipes de candidats plus représentatives de la population montréalaise, lors des élections municipales de 2017.

Si le passage de Marcel Côté en politique municipale fut de courte durée, il a incontestablement eu un impact majeur sur la municipalité et son héritage s’incarne encore dans le travail de Coalition Montréal.

 
 

NOTRE VISION POUR VOUS


• Améliorer la réalisation du programme d’entretien routier de Montréal. Bon nombre de nos problèmes ne sont pas attribuables aux intempéries, mais à une mauvaise planification et à un investissement globalement inadéquat. Nous devons réparer correctement les routes, et non seulement durant les campagnes électorales.

• Améliorer le temps de réponse de la Ville. Les investissements au chapitre de «Montréal, Ville intelligente» n’ont pas amélioré les services à la population. Le service 311 doit être amélioré et les citoyens devraient être en mesure de suivre le cheminement de leurs dossiers dans les différents services municipaux. 

• Créer un conseil municipal plus consensuel, moins partisan et plus productif.  Le modèle de Toronto fonctionne bien.  Le fonctionnement actuel du conseil municipal montréalais donne lieu à de nombreux arguments inutiles entre les partis politiques. 

• Poursuivre les efforts pour que le Ville et les partis municipaux abordent sérieusement le problème de la sous-représentation des minorités visibles au sein de l’administration publique montréalaise et du conseil municipal. À noter par exemple qu’alors que 31% des Montréalais font partie des minorités visibles, seulement 1% des pompiers de Montréal sont issus de minorités visibles. La plupart des services de Montréal ne reflètent pas la composition de la population montréalaise.