Des conseillers municipaux souhaitent la candidature de Montréal à l’exposition universelle de 2025.

Montréal, le 16 janvier 2017 – Considérant que la Ville de Toronto n’a pas présenté sa candidature pour accueillir l’exposition universelle de 2025, le conseiller du district de Snowdon et chef de Coalition Montréal, M. Marvin Rotrand et Mme Justine McIntyre, conseillère de Bois-de-Liesse et chef de Vrai changement pour Montréal ont soumis une motion qui sera débattue lors de l’assemblée du conseil municipal du 23 janvier, demandant à Montréal de proposer sa candidature comme ville hôte.

« Expo 67 a été un événement marquant dans l’histoire de Montréal », commente le conseiller Marvin Rotrand. « Cette exposition, une des plus réussies du XXe siècle, a donné lieu à une transformation majeure de la Ville et a donné essor à des projets comme la construction du métro, Habitat 67, La Ronde et a même contribué à attirer une franchise de la Ligue majeure de Baseball, les Expos », poursuit-il.

Le départ de Toronto favorise la candidature de Montréal puisqu’il n’y a pour l’instant pas d’autres concurrents canadiens. Par ailleurs, les soumissions déjà déposées représentent une vive concurrence. Les conseillers rappellent que Paris a déjà déposé une offre. Il est également probable qu'Osaka au Japon et Manchester au Royaume-Uni soient en lice pour l’édition de 2025.

La motion demande au conseil de donner le mandat au Comité exécutif d'examiner rapidement la possibilité de déposer au Bureau international des expositions la candidature de la Ville de Montréal pour l'Expo 2025. De nombreuses données sur les expositions précédentes semblent indiquer qu’elles stimulent de manière importante, l’économie des villes hôtes.

« Une exposition universelle placerait Montréal au centre de la scène internationale. Pour les Montréalais, ce serait une opportunité inouïe d’encourager l'économie locale entre autres par la création d’emplois dans le domaine de la construction, grâce à des projets de réaménagement urbain. Une telle exposition favoriserait aussi le tourisme international et local », indique la conseillère Justine McIntyre. « Les deux conditions gagnantes d’un tel projet seraient d’une part, un budget de dépenses contrôlé et rigoureux et d’autre part, le fait que l’exposition puisse offrir des legs durables et porteurs de sens aux Montréalais », renchérit-elle.

La date limite des soumissions étant le 22 juin 2017, les conseillers sont bien conscients que le délai est court. Or, ces derniers misent sur le fait que Montréal sait se promouvoir sur la scène internationale comme une ville accueillante et cosmopolite et possède ainsi toutes les qualités afin de faire d’un tel événement un succès.

« Les expositions universelles ont introduit de nouvelles technologies et ont véritablement changé le visage des villes et des sociétés», affirme le conseiller Rotrand. « Le téléphone a été présenté à l’exposition universelle de Philadelphie en 1876, alors que la Tour Eiffel a ouvert ses portes à l’exposition de Paris en 1889. On doit aussi à l’exposition universelle de 1962 à Seattle, le Space Needle. Plus récemment, l’exposition universelle de Shanghai en 2010 a battu tous les records de participation en accueillant plus de 73 millions de visiteurs faisant ainsi de Shanghai une destination touristique incontournable », précise-t-il.

Les conseillers constatent l'enthousiasme entourant l’exposition universelle de 2017 à Astana, au Kazakhstan, sur le thème de «Énergie du futur». Ils soulignent également que Dubaï entend attirer, lors de l’Exposition de 2020 sur le thème de «Connecter les esprits, construire le futur» plus de 25 millions de visiteurs.

Les conseillers souhaiteraient également, si une étude de faisabilité indiquait qu'une soumission pour l’édition de 2025 ne puisse être envisageable, que le Comité exécutif examine la possibilité de déposer la candidature de la Ville de Montréal pour l'Exposition universelle spécialisée de 2027 ou l’exposition universelle de 2030.

miranda flaig